samedi 30 mars 2019

Complaintes criminelles


Le camarade Vlad nous signale une fort plaisante émission de Jean Lebrun, la Fabrique de l'Histoire du 28 mars, avec Jean-François Heintzen en invité.
On y apprend que les chansonniers de rues sur "papier timbré", qui obéissaient à quelques règles précises, connurent leur heure de gloire au XIX ème siècle pour sévir jusqu'au procès d'Oradour-sur-Glane.

Les complaintes criminelles pouvaient compter des dizaines de couplets. Chantées sur des timbres connus de tous, leur écho se prolongea très loin dans le temps. Ni l’apparition des journaux populaires à bas prix ni la Grande Guerre n’en vinrent à bout. Il fallut la victoire de la radio, actée pendant la Deuxième Guerre, pour qu’elles soient renvoyées au silence.



Approchez, approchez eu ouvrez grand vos esgourdes ! La complainte du bon pasteur, géniale parodie écrite par Albert Vidalie et chantée par Germaine Montéro.

mercredi 27 mars 2019

Insupportables Gilets jaunes


"Vient le moment où le lapin en a assez d'être lapin et veut devenir chasseur"

Docteur Stéphane Barsoni (35ème Brigade FTP-MOI. Toulouse)



Samedi 23 mars, dans la soirée, un incendie s'est déclaré dans les geôles du commissariat central de Toulouse. Les pompiers sont intervenus et deux policiers ont été intoxiqués.
Selon nos informations, un détenu, repéré le jour-même en train d'embraser la barricade de l'avenue Camille Pujol, interpellé par les policiers et qui était gardé à vue, serait à l'origine du sinistre et 25 personnes gardées à vue ont dû être transférées vers les autres commissariats de l'agglomération. 
L'acte 19 des gilets jaunes a engendré au moins 13 interpellations à Toulouse. 
Actu Toulouse 24 mars 2019 8:57

On souhaite bien de la sagesse aux occupants habituels du commissariat de l'Embouchure.

Et on se met un très récent titre de Michel Cloup, Les invisibles, tout droit venue de son album Danser sur des ruines.

dimanche 24 mars 2019

Guerre des paysans et immondes récupérations


Omnia sunt communia (Tout est à tous)

Thomas Müntzer


En 1524 et 1525, un territoire correspondant actuellement à l'Allemagne, la Tchéquie, la Suisse, l'Autriche, le Jura, l'Alsace et la Lorraine est le théâtre d'une formidable révolte de paysans contre leurs seigneurs et leur clergé.
Des milliers de châteaux et de couvents brûlent.
La zone de l'insurrection correspond peu ou prou à la zone d'influence de l'Empire Germanique et donc, à celle d'une autre rébellion initiée par Martin Luther contre l'église de Rome. Dans une société dominée par l'idée de Dieu, son agitation contre la corruption du clergé, ses taxes abusives, son monopole du savoir en latin va contribuer à allumer la mèche de la Guerre Sociale.
Luther prendra ensuite bien soin de se ranger du côté des princes et des barons contre les paysans et artisans en qui il ne voit que des brutes égoïstes à écraser.
Avec la participation du prédicateur égalitariste Thomas Müntzer, les différentes bandes paysannes élaborent une plate-forme en 12 articles à présenter aux nobles et au clergé. Si ceux-ci renoncent à leur condition privilégiée, ils pourront intégrer la communauté.
À titre d'exemple voici les 12 points des insurgés lorrains reprenant les revendications des paysans allemands d'une manière plus claire, plus concise.

Article 1 L'évangile doit être prêché selon la vérité et non selon l'intérêt des seigneurs et prêtres.
Art. 2 Nous ne payerons plus de dîmes, ni grandes, ni petites.
Art. 3 L'intérêt sur les terres sera réduit à cinq pour cent.
Art. 4 Toutes les eaux doivent être libres.
Art. 5 Les forêts redeviendront à la commune.
Art. 6 Le gibier sera libre.
Art. 7 Il n'y aura plus de serfs.
Art. 8 Nous prendrons nous-mêmes nos autorités, prendrons pour souverain qui bon nous semblera.
Art. 9 Nous serons jugés par nos pairs.
Art. 10 Nos baillis seront élus et déposés par nous.
Art. 11 Nous ne payerons plus de frais de décès.
Art. 12 Toutes les terres communales que nos seigneurs se sont appropriés rentreront à la commune. 

D'abord empêtrés dans des querelles internes et les guerres d'Italie, les nobles après avoir feint de négocier vont rapidement former des alliances, se faire financer par les évêchés, rapatrier des armées de mercenaires lansquenets et écraser les armées du Bundschuh (le soulier, emblème des révoltés) sur les champs de bataille avant de déchaîner une répression sadique destinée à marquer les esprits pour les siècles à venir.


Outre le fait que beaucoup de ces insurgés avaient eu quelques connaissances militaires, plusieurs petits nobles ou chevaliers étaient passés du côté des paysans. La quasi totalité les trahirent au moment opportun, à l'instar du fameux Götz von Berlichingen, dit Main de fer, avant tout soucieux de sa propre gloire, qui abandonne sa Bande Blanche avant la bataille. Ce qui n'empêchera pas Goethe ou Sartre de le célébrer.
Gravure de Urs Graf

Outre un génial stratège, l'ex-douanier Michael Gaismar en Carinthie, un des seuls chefs de guerre qui resta jusqu'à la fin fidèle à la cause fut l'irréprochable chevalier Florian Geyer, chef de la Bande Noire, assassiné par ses pairs.
Bien entendu, les insurgés furent immédiatement calomniés par l'histoire officielle, protestante ou catholique.
Pour la postérité, Engels écrivit La guerre des paysans en Allemagne en 1850 où il établit une filiation avec l'insurrection échouée de 1848.
Le régime de RDA se fera une joie d'enrôler la figure de Thomas Müntzer dans son régime bureaucratique.
Mais c'est certainement le malheureux Florian Geyer qui eut le plus triste sort. Honoré par les romantiques, il fut récupéré par les nazis, toujours en manque de mythes, qui donnèrent son nom à leur 8ème division waffen-SS.

Côté musique, Thomas Müntzer, lui-même écrivit plusieurs hymnes et cantiques. On peut en retrouver certains dans cette émission de France Musique à la vérité historique approximative (n'y affirme-t-on pas que Müntzer se prenait pour le Christ ?)
D'autres chanson nous sont parvenues, entres autres par le groupe Die Schnitter (le Moissonneur). Ici Des Geyers schwarzer Haufen en hommage et souvenir du chevalier Florian Geyer et sa Bande Noire.
Sur l'image de la vidéo, tirée d'une gravure d'époque, le combattant porte la bannière Freiheit (Liberté) du Bundschuh.
Rien à voir avec des saloperies nazies, donc.


 
Cette histoire, racontée à la pelle, est largement tirée du formidable livre de Maurice Pianzola Thomas Munzer ou la Guerre des Paysans (1958) réédité il y a trois ans par la maison d'édition suisse Héros-limite.

jeudi 21 mars 2019

Les faux du premier avril


Adolfo Kaminsky, faussaire et bienfaiteur de l'humanité

Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.
Guy Debord. 1967

Nous en aura-t-on rabattu les oreilles des fake news, ces derniers temps !
Vous en voulez encore ? Les flics ne tuent pas, la justice est juste, Bouteflika a entendu son peuple, le nucléaire est bon pour le climat, le commerce est équitable, les Gilets jaunes sont manipulés par Poutine via Sputnik news, on arrête là, c'est interminable.
Et après plusieurs lois sur la vérité historique, l'État prétend maintenant vérifier si une nouvelle est juste ou fausse.
Comme, en outre, on a toujours manifesté une authentique tendresse pour ces artistes et artisans que sont les faussaires (faux papiers, faux monnayeurs, fausse œuvres d'art) les Vanneaux vont ce lundi 1 avril à 17h30 sur les 92.2 de Canal Sud* faire un petit tour du côté du faux.
Et vu ce que l'industrie de la musique a produit comme faux-jetons, plagiats, supercheries ou pastiches, la tâche sera immense

En guise de mise en bouche, cette Histoire de faussaire de Georges Brassens (1976).

 

* Pour ceux et celles du Sud-Ouest qui ont des parents, amis ou proches en taule, GJ ou pas, résurrection de l'émission de Yoyo, messages téléphoniques persos sur Canal Sud le jeudi de 19h à 20h. C'est au 05 61 53 36 95.

lundi 18 mars 2019

Dick Dale 1937-2019


Richard Anthony Monsour est mort le dimanche 17 mars.
Ça ne vous dit rien ? Et si on vous dit les Del-Tones ? Stratocaster ? Le surf ? Misrilou ?  Aaaaah... Dans ce cas. Dick Dale ?
Résumons : né à Boston (Mass.) de père libanais et de mère polonaise, le petit, qui a donc accès à la musique orientale et yiddish, fait ses classes chez son oncle, joueur de oud pour danseuses du ventre. Avant de passer à l'électricité et à la vie en quatrième vitesse. Il mélange donc les harmonies arabisantes aux staccato propres aux jeux de violon ou de luth dans son rock 'n roll essentiellement musical. Dès 1957, du côté des surfers californiens. Son addiction à la marque de guitare Fender le fera bénéficier de ses innovations en avant-première, dont des cordes spéciales, ainsi que de l'ampli Dual Showman et d'une boîte à reverb.
Ringardisé par la vague britannique de 1965 (un comble pour "l'inventeur" du surf rock) il reviendra sur le devant de la scène en 1975 avant d'être définitivement remis en scène par le générique final de Pulp fiction (1990).
Depuis, il a vécu sa vie de papa du surf rock. Faut dire qu'il avait sorti le premier disque de ce genre musical en 1962. Petite démonstration en live, au Ed Sullivan Show en 1963 :



Et comme si une mauvaise nouvelle par jour ne suffisait pas, on apprend au passage (merci Mojo Guitou) la disparition de Zephire Andre Williams. Émérite joueur de blues, de rhythm'n blues, de rock, de punk, de n'importe quoi, en fait. Qui collabora avec Ike et Tina Turner, Marvin Gaye, Stevie Wonder, The Contours, George Clinton The Dirtbombs... Et autres. 
Ici sur scène en 2006, à 70 balais dans Jailbeat

samedi 16 mars 2019

We are the Mods !

Nostalgie préfabriquée, le film Quadrophenia (1979)
Il fut un temps, certainement pas meilleur que l'actuel, où une jeunesse particulièrement énervée pouvait s’entre-tuer pour une accord de guitare, un blouson ou un regard. Avec en toile de fond un teenager vu comme un consommateur auquel on mitonnait une contre-culture aux petits oignons que ce soit en musiques, en images, en lectures ou en sapes. Du sur mesure, quoi, comme les costards de Carnaby street.
Fils et filles de la classe ouvrière britannique en rupture avec la génération de la Guerre, ces angry young men de Mods (abréviation de Moderns) ont succédé aux Teddy Boys dans les années 1962-1968 pour imposer en Grande-Bretagne, outre un certain dandysme et l'usage massif d'amphétamines, le Rhythm 'n blues, la soul, le rock steady et donc le ska ainsi que les bastons de rues à grande échelle.
Dans son émission du 09 mars, Juke-Box, Amaury Chardeau revient sur leur âge d'or.
On a particulièrement biché sur l'accent cokney à couper au couteau de ces jeunes gens classieux (écoutez l'entretien de Kit Lambert). Et un peu regretté le peu de place accordée à ce groupe de petits gars qui swinguaient méchamment The High Numbers. Leur premier 45 tour au beat très Orange Mécanique, Zoot Suit, ne sera acheté que par leurs mamans et leurs cousines.
Faut préciser qu'ils n'ont pas encore changé de nom pour devenir The Who.





On retrouve les empereurs du revival de 1978 - 1980. The Jam dans leur Going underground. 'Hanx Paul, Bruce and Rick.



mercredi 13 mars 2019

Anniversaire de Damoclés

Et Godzilla se retrouva ringardisé.
Cette semaine, huitième anniversaire du désastre de Fukushima. Là-bas, le gouvernement pousse les réfugiés à regagner la zone irradiée. Nous voilà 33 ans après Tchernobyl (où la "zone interdite" se repeuple au compte-goutte), 40 ans après Three Miles Island (où il ne s'est rien passé, n'est ce pas ?).
Étonnant comme chez nous, dans un des pays les plus nucléarisé par tête de pipe on joue à l'autruche. À part quelques nucléocrates prétextant une "énergie verte" et un État qui fait semblant de s'inquiéter même les tenants du nucléaire ferment leur bouche en attendant qu'une usine généralement vieille de plus de quarante ans n'aille nous péter au nez. Après... On verra. Les catastrophes précédentes sont là pour servir de laboratoire.
Question subsidiaire : comment arrête-t-on une centrale nucléaire ? En AG souveraine ? En groupe affinitaire ? En référendum populaire ?

Un petit peu de nostalgie d'avant le Boum avec ce titre de Castelhemis, Philippe Laboudigue de son vrai nom, Les centrales. Tiré de son album N'importe quelle sorte d'amour (1982).

dimanche 10 mars 2019

April March



Voici une drôle d'américaine tombée amoureuse de la chanson française des années 1950 et 1960.
Elinore Blake est née en 1965 à Frisco, Californie. Elle a d'abord gagné sa vie comme dessinatrice de films d'animation. Et puis joué dans les groupes Pussywillows, un trio féminin sixties, puis dans les plus durs Shitbird avant de prendre son pseudonyme et de s'attaquer à la musique yé-yé de nos années 60, en particulier à Serge Gainsbourg.
Le succès débarque avec une reprise de France Gall, Chick Habit, cooptée par le laborieux Tarentino pour son Boulevard de la mort (2007).


Entre-temps cette dame a collaboré avec Brian Wilson (celui-là même des Beach Boys), Yo La Tengo, Ronnie Spector et ce petit génie de Jonathan Richman. Elle a également monté un groupe de garage rock pur et dur, Bassholes. En France , elle a fait quelques duos avec Bertrand Burgalat.
Qui, par ailleurs, a conçu ce clip de 1996.



Quoi ? Ben oui, c'est de la pop. Et alors ? Un peu de légèreté de temps en temps, que diable ! Après tout c'est dimanche.

jeudi 7 mars 2019

Les muscadins, nervis de la contre-révolution


Chaque époque a généré les Alexandre Benalla qu'elle pouvait.
La Révolution de 1789 étant une référence de ces derniers mois, allons faire un petit tour du côté d'un groupe de gros bras contre-révolutionnaires plutôt tombés dans l'oubli. 
Sans résumer toute une période riche en rebondissements (surtout dans la saison 1, 2 et 3) partons du 9 thermidor de l'an II (27 juillet 1794) date considérée comme la fin de la Terreur car marquée par la chute de Maximilien Robespierre (arrêté avec son frère Augustin, Le Bas, Couthon, Saint-Just, Dumas, etc.). Tout ce beau monde est guillotiné à la hâte dès le lendemain.

Une jeunesse dorée plus ou moins royaliste refait alors surface et tient même le haut du pavé à partir du mois de septembre.
Figure centrale, un curieux personnage comme seules les circonstances historiques exceptionnelles en ont le secret : le "journaliste" Louis Marie Stanislas Fréron.
Ci-devant Missionnaire de la Terreur, autrement dit envoyé par la Convention en 1793 pour mater de soi-disant insurrections royalistes ou girondines, Fréron avait planifié de grands massacres à Marseille et Toulon. Soupçonné de détournements de fonds, il doit ensuite comploter avec Fouché et Tallien pour précipiter la chute de Robespierre.
Lui qui avait fondé le journal l'Orateur du Peuple dans lequel écrivait son ami Marat, passe sans état d'âmes dans le camp réactionnaire et organise une bande de 3000 muscadins ou "collets noirs", selon une méthode qui sera reprise sous l'occupation pour monter "la Carlingue". Outre quelques commerçants ou clercs issus de la jeunesse dorée, il suffit de donner l'impunité à un bon nombre de costauds qu'on tire de prison pour mener une guerre privée contre les jacobins. En novembre, ce nouvel ami de l'ordre envoie même ses troupes ravager le club de ses anciens collègues. 

L'occupation principale de ces nervis munis de cannes plombées (appelées "pouvoir exécutif"), en basques queue de morues et culottes serrées est alors de tabasser tout ce qui ressemble de près ou de loin à un sans-culotte. En le forçant à entonner l'hymne de la réaction thermidorienne Le réveil du Peuple, censé remplacer la Marseillaise.


Autre code vestimentaire, les muscadins portaient des cheveux longs avec des tresses pour amortir les coups de gourdins ou de sabre récoltés dans les bagarres contre les sans-culottes. Ils exhibaient des vestes vertes, en souvenir du Comte d'Artois pourvues de 17 boutons de nacre en l'honneur de l'orphelin du Temple. Leur mot de passe est une allusion à ce dernier : « Combien huit et demi et huit et demi font-ils ? ».
 
Ils fréquentaient les bals des victimes, réservé à ceux qui affirmaient avoir perdu des parents à l’échafaud. On y dansait en habits de deuil et s'y saluait d’un coup sec de la tête, comme frappée du couperet de la guillotine.
Les insurrections de germinal et prairial (avril et mai 1795) seront un premier coup d'arrêt aux menées royalistes. L'émeute du 13 vendémiaire (5 octobre 1795) écrasée par un obscur général corse qui changeait lui aussi de camp comme de chemise achèvera les espoirs de restauration.
De la jeunesse dorée du directoire resteront des snobs Incroyables et Merveilleuses refusant d'employer la lettre R qui évoquait trop la Révolution. Le mot muscadin désignera un gandin réactionnaire durant tout le XIX ème siècle.
Quant à Fréron, cette girouette avait déjà abandonné l'extrême-droite pour devenir un modéré. Méprisé, déconsidéré par tous il finit exilé à Saint Domingue par ce même Bonaparte nommé Premier consul. Il y meurt de fièvre jaune dans le mois qui suit son arrivée.

lundi 4 mars 2019

La Guerre froide des Vanneaux

1969, États-Unis, certains mettent une mauvaise volonté flagrante à partir au casse-pipe du Vietnam
Évidemment, le sujet était bien trop vaste pour notre heure et demie.
Surtout si on prend en compte que cette période correspond à l'âge d'or de l'industrie du disque, du moins en Occident.
Ainsi a-t-on a balayé 
Générique                                       Radio Truman
Golden Gate Quartet                       Stalin wasn't stallin'
Extrait du show de Bob Hope & Irvin Berlin
Paul Robeson                                   Plain song
Mark Benes                                     Les Russes veulent-ils la guerre ?
Michaelis Genitsaris                        Aris Velouchiatis
Lolita Sevilla                                    Americanos !
The Kavaliers                                   Get that communist, Joe
Harry Choates                                  Korea, here we come
Vladimir Vissotski                            Tot kotryne strielai
Roosevelt Sykes                               Sputnik baby
Jackie Dolls & his pickled peppers  When they drop the atomic bomb
Rory Gallagher                                 Philby
The Ramones                                    Havana affair
Miss X                                               Christine
Creedence Clearwater                     Fortunate son
Anonyme                                           Invasores do Angola
Luis Mejia Godoy                              Que es el FAL ?
The Beatles                                       Back in USSR
Tom Lehrer                                       So long mom
Nena                                                 99 luftballonen
The Clash                                          Ivan meets GI Joe

Cette émission peut s'écouter, voire se télécharger en cliquant là.

Et en souvenir du fameux match SS 20 vs Pershing, une du dub poet britannique Linton Kwesi Johnson