lundi 31 décembre 2018

Les Vanneaux à la fête

Gilets rouges, rond-point de Stalingrad, janvier 1943
Le 31 décembre 2018, les Vanneaux se retrouveront donc à un rendez-vous qui sera révélé à 23h45 pour honorer dignement une année qui nous promet tous les dangers et bien des espoirs. Les festivités suivront.
Le 7 janvier 2019, ils célébreront donc la fête sous toutes ses formes et en chansons. Sur les ondes de Canal Sud à 17h30.

En guise d'apéritif, et en hommage aux tovaritchs de l'illustration ci-dessus, les joyeux bougres du groupe  Отава Ё (Otava Yo) venus du far-east : Про Ивана Groove, dans lequel, puisque Ivan a disparu, sa chère et tendre part jouer du violon dans la rue.



Suivi des rudes conséquences de nos excès, ici illustrées par le maître es flamenco burlesque et coupe de jambon noir, Tito el Francès, avec une vidéo artisanale.


vendredi 28 décembre 2018

Fin d'année avec Lisa Leblanc


Malgré la classification de ce post, on s'excuse au près des Acadiens, ce coup-là, ça ne nous vient pas du Québec mais du Nouveau Brunswick.
Ça fait presque une décennie que cette gaillarde de 28 balais mène son entreprise de réhabilitation de la country et du bluegrass avec un certain succès. Comme on connaît mal la Dame, vu d'ici, on aime bien.
Et quoi de plus indiqué, pour terminer une année pleine de rebondissements que cette aimable vidéo de 2012 ? On la dédie à tous deux et celles qui cultivent l'espoir que ça pète en 2019, nom de Diou ! Peut-être demain ça ira mieux...
Ah oui, ça s'appelle Aujourd'hui ma vie c'est d'la marde.


Également une pensée pour les proches de Claude Mesplède, infatigable érudit du roman Noir et ami des écrivains parti s'en jeter un avec Robin Cook et Jean-Patrick Manchette.


mardi 25 décembre 2018

Noël malsain

Avec toute cette agitation, on a failli oublier la magie des Noëls de notre enfance.
Heureusement, le petit génie de Chatham, l'homme aux 120 albums et aux 2500 peintures, est là pour nous les évoquer. On le constatera ci-dessous, cet homme a quelques raisons d'en conserver de cuisants souvenirs. Comme souvent, y'avait une couille dans le potlatch.
Ladies and gentlemen, mister "Wild" Billy Childish :



My father walked in pissed through the door
And chucked the telly across the floor
Then he fell drunk to his bed
And these were the last words he ever said

Merry Fucking Christmas to you all!
Merry Fucking Christmas to you all!



Plus moqueur, plus léger, on en remet une dernière pour la route avec ce titre d'Éric Frasiak C'est beau Noël (2016)



dimanche 23 décembre 2018

Terroristes et casseurs : le capitaine et le général qui n'existaient pas


Comme le reste de l'Europe, le royaume d'Angleterre connut une vie sociale agitée au XIXème siècle. La particularité des Brits, héritiers des insaisissables Robin Hood ou Dick Turpin, fut d'avoir résolu le problème des représentants du mouvement en créant des personnages mythiques qui prenaient la tête d'armées de gueux et sur les traces desquels les bataillons des autorités s'épuisaient en vaines poursuites.
En 1830, les campagnes britanniques sont ravagées par l'introduction des premières machines batteuses, les abus de propriétaires maintenant une partie des ouvriers en chômage, profitant de cette situation pour sous-payer une main d’œuvre corvéable à merci.
Le Captain Swing

Nées dans le Kent, une suite d'émeutes paysannes, les Swing Riots, vont s'étendre dans tout le royaume. Les cibles en sont les Landlords, gros propriétaires fonciers dont les machines ou les maisons étaient incendiées s'ils avaient le malheur de ne pas accéder aux revendication salariales des métayers (sous forme d'argent, de nourriture ou de...bière).
Les pétitions sont signées par le chef suprême des insurgés : le Capitaine Swing, héros imaginaire dans lequel tous pouvaient se reconnaître.
Le nom du leader fut certainement choisi en référence à la sentence de mort par pendaison qui menaçait quiconque prenait part au mouvement (le verbe "to swing" signifiant "se balancer").

Après une année qui vit les contrées en flammes, l'armée reprit progressivement le contrôle de la situation : on compta alors 19 exécutions officielles, plus de 600 peines de prison et un demi-millier de déportations aux colonies (Canada, Australie).
Il exista plusieurs chansons à la gloire des saboteurs, cette balade, ici par Robb Johnson, connut un regain de popularité lors de la révolte contre Thatcher et sa Poll Tax, en 1990.



Mais avant l'irruption du facétieux capitaine, l'agitée Albion avait eu à subir les agissements du Général Ludd de 1780 à 1820. Là aussi, l'introduction du machinisme et de l'industrie avaient mis au rencard une foule de tondeurs, tisserands, et autres artisans qui se virent privés de toute maîtrise sur leur office, réduits à l'état de prolétaires allant mendier un salaire.

Menés par le chimérique John ou Ned (selon les endroits) Ludd (aussi bombardé général, capitaine ou carrément roi) les ouvriers insurgés n'aimaient rien tant que s'armer de masses pour briser les machines responsables de leur exploitation. Dans les Midlands, le gouvernement envoya contre eux plus de troupes que celles expédiées sur le continent combattre les armées de Napoléon.

Malgré quelques victoires partielles, en 1812, la peine de mort fut introduite contre le sabotage et treize luddites furent pendus.
La création des syndicats prit peu à peu la pas sur la révolte spontanée et auto-organisée.

Lord Byron écrira un poème en hommage aux Luddites.
Méprisés par les courants progressistes, ces Luddites vont bénéficier d'une belle renommée grâce aux courants anti-industriels modernes.
Chumbawamba dans The triumph of general Ludd


À part ça, l'acte 6 a donné une quatrième journée d'affrontements dans Toulouse et la presse régionale a vomi son eau-forte (ce qui va à ravir avec l'utilisation des canons à eau).

mercredi 19 décembre 2018

Corto Maltese était Polonais !

Allez, on souffle un peu...
La guerre civile qui suivit la révolution russe fit également rage dans une Sibérie au sens large. Nous entendons par là un territoire qui va de l'Oural à la Mandchourie et à la Mongolie, des lignes du Transsibérien aux steppes glacées, où s'affrontèrent des armées russes rouges, blanches, vertes, japonaises, tchèques, chinoises, bouriates et divers autres corps expéditionnaires.
Comme bien d'autres, notre découverte de ces événements a débuté par la BD d'Hugo Pratt : Corto Maltese en Sibérie.

"Roman graphique" (terme ô combien prétentieux) dans lequel apparaît la figure haute en couleur du Baron Fou ou Sanglant, Roman Ungern von Sternberg, aristocrate russe blanc descendant d'un chevalier teutonique qui, après avoir commandé sa "Division Sauvage" pour le compte des blancs, tenta de créer un empire basé sur un ordre militaire bouddhiste en Mongolie avant de finir livré par ses officiers aux rouges qui se firent un plaisir de le fusiller.

Si nous n'avions alors pas encore lu les fabuleux livres de Ferdynand Ossendowski, Bêtes, Hommes et Dieux et Asie fantôme, Pratt, lui, les avait à coup sûr attentivement décortiqués. Géologue et explorateur polonais (la Pologne faisant alors partie de l'empire russe) Ossendowski, envoyé par l'Académie des sciences, parcourut la Sibérie de 1901 à 1921. Socialiste, il prit part à la révolution de 1905 dans un soviet sibérien, fut condamné puis gracié avant de se retourner contre les bolcheviks en 1917 et d'entrer au service l'amiral Koltchak, chef suprême des blancs de l'Est. Or, dans son premier ouvrage, narrant sa fuite désespérée des bolcheviks dans une situation de déliquescence du camp contre-révolutionnaire, Ossendowski tombe, en Mongolie, dans les griffes du Baron Ungern.

Non seulement sa situation établit un parallèle avec celle de Corto Maltese mais, dans la BD, les échanges du Baron avec le héros de papier, y compris le passage des prédictions chamaniques, semblent calquées sur le récit du savant polonais.

Un exemple de la prose du baron cinglé :   
La grande guerre a prouvé que l'humanité doit s'élever vers un idéal toujours plus haut, mais elle a marqué l'accomplissement de l'antique malédiction que pressentirent le Christ, l'apôtre saint jean, Bouddha, les premiers martyrs chrétiens, Dante, Léonard de Vinci, Goethe, DostoÏevsky... La malédiction a fait reculer le progrès, nous a barré la route vers le divin. La révolution est une maladie contagieuse; l'Europe, en traitant avec Moscou s'est trompée elle-même comme elle a trompé les autres parties du monde. (...) Ce qui nous attend, c'est la famine, la destruction, la mort de la civilisation, de la gloire, de l'honneur, la mort des nations, la mort des peuples. 
Évidemment, si Corto détruit un canon japonais avant d'être relâché, Ossendowski finit par poursuivre sa route vers Vladivostok plus modestement, non sans nous avoir livré, au passage, les prophéties du Bouddha vivant. Il regagnera la Pologne en 1922 et y mourra en 1945, non sans avoir fait partie du gouvernement clandestin durant l'occupation sous la tutelle des nazis de Hans Frank.  
Avec leur goût prononcé pour la soldatesque perdue, la Souris Déglinguée ne pouvait se priver d'une allusion au Baron tragique et à ses trains. Cheval de fer est issu de leur huitième opus Tambour et soleil (1995).

 

Quant à Ferdynand Ossendowski, si vous ne l'avez pas encore lu, bande de veinards, on vous le recommande vivement. Ça vaut tous les romans d'aventure.


dimanche 16 décembre 2018

Le chant des rond-points (Acte 5)

Allées Jean Jaurès 16h
Version désabusée: il y a eu le rouleau compresseur médiatique et policier, les vautours prospérant sur les victimes de la tuerie de Strasbourg, les contradictions du mouvement, une pluie glaciale, la ville occupée militairement et surtout pas moyen d'arrêter les canons à eau ou les blindés de la Gendarmerie. On s'était mal habitués ces derniers samedi, même si c'était à prévoir, le 15 décembre dans la ville Rose, les forces de l'ordre n'ont jamais été débordées ou si peu...

Version optimiste : après des blocages en matinée (dont, encore un coup, le dépôt d'Amazon) plus de 5000 personnes occupent les boulevards en toute illégalité, accompagnées d'un petit millier de syndicalistes en manif déclarée leur cavalant au train (en marche). Des barricades à Jaurès, Victor Hugo, St Sernin, la place du Capitole occupée puis brutalement dégagée. Pas si mal pour une ville où le centre-ville était interdit aux manifs depuis des années. Et toujours cette solidarité, cette joie retrouvée entre anonymes. Si une barricade est (osons le mot) un acte d'amour entre participants, on considère que l'émeute n'est pas un but en soi, tout juste un moyen parmi tant d'autres et qu'elle ne se décrète pas.
 Quelle que soit la version à retenir, c'est tout naturellement qu'en se quittant dans la nuit, on se disait "À samedi prochain". On verra bien.

Ce 15 décembre est également apparue, à Toulouse, cette chanson qui, sur un air bien connu, rappelle les riches heures des airs des années d'après 68. Quant à la grève, rêver, au moins, ne coûte rien. 

jeudi 13 décembre 2018

Revue de presse et karaoké


Les deux samedis précédents, il avait déambulé avec un équipement de protection complet : masque, casque, veste de protection coquée. Samedi 8, cet équipement lui a été confisqué par des policiers, dès 9 h 15, dans une des rues donnant sur l’Arc de triomphe. « Je ne suis pas d’accord, mais je peux éventuellement comprendre qu’on m’enlève mon masque et mes lunettes, témoigne-t-il. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’on a aussi pris, volé, devrais-je dire, 120 fioles de sérum physiologique, que j’avais apportées pour aider et soulager les gens qui seraient forcément pris dans les gaz lacrymogènes. »

« Mon ami a demandé pourquoi on nous enlevait nos masques si les policiers y avaient toujours droit. Réponse de l’un d’eux, très menaçant, à deux centimètres de son visage : “C’est pour mieux te casser la gueule.” » Lassé d’avoir assisté à des violences de la part des policiers, dont des tirs de flashball au visage, à plusieurs reprises, Jean-Philippe s’interroge à haute voix sur la « dictature » que serait en train de devenir la France. « En fait, on te dit de fermer ta gueule, c’est tout », s’indigne-t-il. Il promet néanmoins de revenir manifester le 15 décembre à Paris. Avec de moins en moins l’intention de « rester pacifique, puisque ça ne sert à rien ».

Mediapart 10/12/2018

Tiens, voilà-t-il pas que les camarades de LKDS se mettent au karaoké :



Ce matin, la presse parle de douze blessés à Toulouse. Ce n’est même pas le nombre de personnes que j’ai pu prendre en charge dans l’après-midi. Certains parmi nous ont raconté avoir chargé les personnes quatre par quatre dans les véhicules de secours qui parvenaient jusqu’à nous. J’ai même du mettre un blessé à bord de la voiture d’un riverain qui passait par là, à quelques mètres de la charge de police, et qui a rapidement accepté de le conduire à l’hôpital.
Ce matin, la préfecture comptait 5.500 manifestants dans Toulouse : il faut vraiment être resté chez soi toute la journée pour y croire. A 14h, le boulevard Lacrosses dégueulait une foule compacte, un cortège tellement long qu’il permettait aux premiers de ne pas entendre les grenades qui visaient les derniers. (...) 

Je n’ai pas envie ici d’exprimer mon point de vue sur la violence en manifestation ; la vérité, en tout cas, est qu’il ne s’agissait pas d’une « centaine de casseurs » comme l’évoquent les journaux, mais de milliers de personnes qui se succédaient, se soutenaient, se soignaient, s’encourageaient. Impossible pour les gendarmes de faire quoi que ce soit, hormis contenir bien imparfaitement l’émeute et répliquer à coups de flash-balls et de grenades. Médiatiquement, les violences qui ont eu lieu sont peut-être un mauvais coup mais elles ont été un vrai coup de génie tactique. La queue de cortège a concentré l’essentiel de l’attention sur elle, servant de point de fixation pour les forces de l’ordre qui étaient déjà trop peu nombreuses pour l’enrayer. Pendant ce temps, la tête de cortège continuait sa route et s’emparait de la ville.
La presse raconte que les « casseurs » étaient des banlieusards profitant de l’occasion pour « tout casser » -comme si la violence révolutionnaire était un simple loisir. De mon côté, j’ai passé la journée à soigner des gens très divers : lycéens voulant riposter à la violence subie toute la semaine, étudiants, travailleurs de tous secteurs et tous âges (vers 18h30, j’ai même administré du sérum phy à un retraité qui avait été gazé), filles et garçons, « anars » comme gilets jaunes et écolos, tous unis et constamment solidaires sans regarder leur origine.
Témoignage d'un street medic Toulouse 09/12/2018

lundi 10 décembre 2018

Beau comme du Kurosawa (Acte 4)

Pont des Amidonniers, samedi 8 décembre
ON A REÇU
Ça partait pourtant très très mal.
Pendant que dès l'ouverture, le Décathlon connaissait son Black friday (rayon casques de vélos et skate et lunettes de ski et plongée) les gardes mobiles (GM) occupaient le haut de la rue Rémusat depuis 9h.
À 10h, plusieurs équipes de la BAC patrouillaient à Jeanne d'Arc (épicentre de l'émeute du 1 décembre) fouillaient déjà les sacs et palpaient les "suspects". Rappelons que l'appel à J. d'Arc était pour 13h.
À 13h : déception. La manif maigrelette est entièrement maquée par la gôche traditionnelle et syndicale qui ne voit aucun inconvénient à être cernée de flics et dont la protestation consiste à se mettre à genoux mains sur la tête à l'image des mômes de Mantes-la-Jolie. Abject. S'ils jouent à terroriser des gamins, il est de la responsabilité des "adultes" de ne pas, de ne plus, prendre une pose de victimes. Z'êtes définitivement largués, bureaucrates.

Bref, cette manif se dirige vers Arnaud Bernard où est censée se trouver la manif "climat" mais où on a la bonne surprise de retrouver deux mille Gilets Jaunes plus "plébéiens", prols et plus équipés (et qui viennent parfois de loin (fin fond du Quercy, toute le Hte Garonne, etc.) Coté symbolique des cordons de GM tentent d'empêcher la jonction des deux groupes et se font dégager "en douceur".

Moment statique et hésitant. 

Et les "climatiques " et autres militants partent vers Compans / St Cyprien entraînant une partie de la manif alors qu'une autre ne voit pas pourquoi on irait se perdre là-bas et pas vers le centre-ville (sa magie de Noël). Les GM commencent à pousser au bouclier le millier du rond-point d'AB alors que la tête de la manif "officielle" atteignant la station de métro Compans-Cafarelli se fait... copieusement grenader par les flics massé dans toutes les rues à droite (vers le centre, donc). 
Comme dès qu'il s'agit de rosser les cognes tout le monde se réconcilie, la manif aura donc désormais deux rythmes : une avant-garde autiste qui marche vers le pont des Catalans et St Cyp et une arrière-garde qui combat les schmidts avec les moyens du bord sur un des seuls boulevards où il n'y a pas un putain de chantier ! Grenades, reculs, contre-attaques, grenades etc. et les premiers blessés. Ainsi jusqu'à la place Héraklés.
C'est sur le pont des Amidonniers que les contre-attaques reprennent de la vigueur et vont enfin durer. Enfin de quoi bloquer les rues et quelques incendies sous les tirs des GM postés au canal de Brienne. La manif est alors complètement mixte écolos / GJ / lycéens¹ / étudiants / ruraux / urbains...

Parenthèse esthétique : quiconque a aimé Ran ou Kagemusha n'a pu qu'être frappé par cette foule plus ou moins jaune affrontant les hommes en noir sous les nuages et sur ce pont : on l'aurait cru filmé par Akira Kurosawa mais en plus beau : c'était enfin vrai.

Infos arrivant sur les (quelques) portables présents : pendant que ça fritte aux Amidonniers, il y aurait des affrontements entre François Verdier / Wilson et autour de Jeanne d'Arc.

À partir de là (il est 16h30 environ) vont exister plusieurs fronts.

Un bon millier de GJ / lycéens / divers vont occuper la place du Capitole. Face à face tendu avec des GM venus du côté Donjon qui, ayant ordre de ne pas grenader sur le marché de Noël et les terrasses de luxe vont mener quelques charges mollassonnes face à des gens qui ne reculent plus. Hélico au-dessus de la foule. Résultat, malgré leur équipement, ils finissent par reculer jusqu'au métro Capitole, laissant la place aux mains des insurgés dans une ambiance tout à fait joyeuse.

Au même moment, la grosse manif a passé le pont des Catalans et grâce à la rénovation urbaine il y a enfin de quoi se mettre sous la dent. L’îlot en chantier face aux Abattoirs est désossé et finit en barricades et projectiles. Incendies.

Parenthèse en hommage : les équipes de Street medics (secouristes) ont fait un boulot formidable. Précisons pour avoir échangé avec eux que ce sont tous des travailleurs de la santé (internes, pompiers, infirmiers) , qu'ils refusent de soigner les keufs qui sont assez bien pris en charge comme ça ("je veux bien lui pisser dessus pour désinfecter" dixit un medic) et qu'ils avaient ouvert une infirmerie dans un appartement pour que les blessés ne se fassent pas ramasser. À 17h, ils en comptaient plus de 40 (tête, mains, jambes). Chapeau à eux et elles !

La nuit est tombée. Rive gauche, l'émeute, rejointe par les lascars des cités, va osciller entre St Cyp / Patte d'Oie / Arènes pour revenir rue de la République après 20h.

Rive droite, des groupes épars bordélisent mais moins que le 1 décembre, les magasins sont fermés, plus rien à foutre des courses de fin d'année.

Chose vue vers 19h : une vingtaine de GJ, tendance darons / daronnes bloquent tranquilou une voie des allées Jean Jaurès. Six bagnoles de flics déboulent, gazent, la BAC tabasse copieusement et les duls repartent en laissant tout le monde à terre. Peut-être en embarquant un mec, tout le monde, n'a pas vu la même chose selon où il était. Ce passage à tabac n'était que frustration, rage et sauvagerie impuissante. Combien d'autres saloperies ailleurs ?
Alors question de base : si, ce 8 décembre, où brûlaient Bordeaux, Toulouse, Marseille, St Étienne, Le Puy, etc toutes les forces de l'ordre étaient mobilisées, il reste quoi ? Les paras ? La Légion ? Pourquoi ne pas faire appel à Blackwater ?


Saluts d'une ville qui redevient vivable.

ps : Dans la nuit de vendredi, grosse émeute à Athènes. Les révoltés se mettent au gilet jaune (ce qui est stupide, de nuit d'ailleurs, ça fait une belle cible). En Serbie et en Irak, les manifestants contre la vie chère enfilent des gilets. Comme disait ce réac d'Audiard (père) "Depuis qu'en France, on a appris la liberté aux autres en trucidant la moitié de l'Europe, on peut plus s'en empêcher". On plaisante, bien entendu.
ps politique : Bien entendu qu'il y a là-dedans des fafs. L'ironie serait qu'après avoir été les "crétins utiles du Capital", ils deviennent les idiots utiles à la Sociale. Mais nous en sommes loin. Quoique tout va si vite de nos jours. À commencer par la joie qu'ont de parfaits inconnus à se parler ou s'entre-aider. 


¹ Lycéens qui sont partis en manif sauvage à Toulouse lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi...


vendredi 7 décembre 2018

Taxes et contrebande : Louis Mandrin


La révolte contre les taxes abusives a toujours été une constante française (et anglaise, hollandaise, américaine, etc.)
Rappelons, en préambule, que sous l'ancien régime, chaque région possédait non seulement ses unités de mesure mais aussi sa fiscalité. Avec, comme conséquence pratique, que la circulation des marchandises hors des barrières d'octroi relevait de la pure et simple contrebande. 
Le plus célèbre des contrebandiers d'alors, Louis "Belle humeur" Mandrin (1725-1755) est entré dans l'histoire comme un rebelle ayant organisé une guérilla ayant su tisser un fabuleux réseau de protection au sein du peuple. 
Originaire du Dauphiné, Mandrin, qui avait vu pendre un de ses frères comme faux-monnayeur est d'abord condamné à mort en 1753 pour une bagarre.
Il déclare alors la guerre aux collecteurs d'impôts, les fermiers généraux, qui taxent le sel (gabelle), le tissus ou le tabac, entre autres. 
Il devient très vite chef d'une bande de centaines de passeurs savoyards (la Savoie est alors rattachée au royaume de Sardaigne), formés militairement. 
Combattant l'administration, il recrute en libérant des prisonniers poursuivis par la ferme générale (en évitant d'enrôler des assassins) et se garde d'attaquer le peuple. 
Il étend son réseau sur les régions de l'Auvergne, la Bourgogne, Rhône-Alpes et organise même des ventes de produits détaxés en occupant les villes de Beaune, Autun, le Puy-en-Velay (sa préfecture inflammable), Rodez, sous les acclamations de la populace, forçant parfois les collecteurs à racheter sa marchandise à ses conditions.
Sa légende populaire commence de son vivant, non seulement auprès des masses mais chez certains philosophes comme Voltaire. 

À la demande des fermiers généraux, Louis XV envoie l'armée et, après plusieurs campagnes infructueuses, des soldats déguisés en paysans envahissent la Savoie, où est réfugiée sa bande, violant la souveraineté de ce duché.

Comme tout héros plébéien, Mandrin sera trahi par les siens et jugé en urgence à Valence pour éviter son extradition en Savoie. 
Son exécution, le 24 mai 1755, passera elle aussi à la légende : roué de coups six heures durant, Mandrin exhortera les quelques 6000 spectateurs à poursuivre la guerre contre le fisc.  

 



Un "Testament politique" sera imprimé la même année à Genève. 
Extrait : "J'ai cherché la cause de cette grande affluence de Peuple qui venait chaque jour s'enrôler sous mes drapeaux; en remontant à sa source, j'ai découvert qu'elle prenait elle-même son origine dans le système des Fermes. J'ai trouvé que c'est à celui-ci, qui a renversé en France le premier ordre du Gouvernement économique, politique, civil qu'il fallait l'attribuer. Depuis soixante ans une espèce de maladie a attaqué le Ministère Français. La fureur des Baux (taxes) a prévalu sur tous les autres systèmes de l'administration. Tout est Ferme aujourd'hui en France, tout est Contrat, bientôt, il ne sera permis au Peuple de respirer que par entreprise."

Une complainte naît dès la mort du bandit héroïque. Diffusée par les colporteurs, elle se chante sur un air tiré de l'opéra Hyppolite et Aricie de Jean-Philippe Rameau (1733).  
Prenant quelques libertés avec l'histoire, cette chanson connaîtra des regains de popularité durant la Commune de Paris et au sein des maquis de l'occupation. 
Elle a connue de nombreux enregistrements. 
Si le plus connu est d'Yves Montand, on lui préfère la version de Monique Morelli, chantée en générique de la série Mandrin, bandit d'honneur d'Albert Vidalie et Philippe Fourastié (ORTF, 1971)

mardi 4 décembre 2018

Les Vanneaux descendent aux enfers

Rien de mieux que Bosch pour avoir une petite idée de la chose
Dans un grand mouvement de solidarité, les Vanneaux ont décidé d'accompagner notre président, notre gouvernement, nos députés faire un petit tour aux enfers.
Hélas ! Lucifer étant plus balèze que nous, divers bugs durant l'enregistrement nous privent de nos judicieuses et joyeuses introductions, du moins pour deux morceaux. Bon, on a recollé les chansons tronquées.
Bonne écoute...

Little Bob Story                        Riot in Toulouse
Thiéfaine                                  1ère descente aux enfers par la face nord
Higelin                                      Ici c'est l'enfer
Zone infinie                              L'éternel retour
The Ruts                                   Babylon's burning
Max Romeo                              Chase the devil
Big Bill Bronzy                         Hell ain't but a mile and a quarter
Roberto Goyeneche                  Yira, yira
I Am                                          L'enfer
Hannes Wader                          Die Moorsoldaten
Theodorakis                              To stageio
Uncle Topedo                            Satan kingdom must come down
The Jam                                     Private hell
Niska                                         Story X
Austin Pitre                               Les flammes d'enfer
La Cliqua                                  Dernier jour sur terre
Willie Dunn                               I pity the country
Sandie Shaw                             Sympathy for the devil

On peut retrouver toute ce fatras en cliquant là

On se quitte avec le Père Joe au meilleur de sa forme nous amène tout droit en enfer (du Vietnam en l'occurrence).

 

Et une surprenante reprise de l'australien (et ex Saints) Ed Kueper



dimanche 2 décembre 2018

Macron fait pleurer les foules (actualités)

17h30 place Jeanne d'Arc
Ce samedi 1 décembre à 13 heures, il fallait être sourd, aveugle ou trotskiste pour ne pas comprendre que les affrontements allaient être inévitables.
Faut dire que la manifestation des gilets jaunes avait commencé sous de bons augures : une première prise de parole crachant sur les immigrés et l'intervenante est virée aussi sec sous les quolibets (ça ? L'extrême droite ?) des flics municipaux faisant ce qu'ils savent faire de mieux, c'est à dire emmerder un sdf, aussitôt ramenés à la raison (l'extrême droite, encore ?)
Et puis vers 14h, alors qu'une partie de la manif prétend se joindre au happening syndical qui tente de raccrocher les wagons, l'autre partie emprunte la rue Bayard dans l'intention d'aller bloquer la gare Matabiau.
C'est là que les flics ont tiré une quarantaine de grenades. Et c'est là qu'au lieu de reculer, la foule entame ce qu'on est bien forcé d'appeler une émeute.
Ce qui fut le plus remarquable, ce ne fut pas la froide détermination des protagonistes, l'absence de peur, le mépris le plus total pour les pratiques balisées des casseurs ordinaires (pas de vitrines cassées ou de magasins pillées, ça se passe juste entre eux et nous), le paradoxe de barricadiers chantant la Marseillaise pour entonner ensuite l'Internationale, non, ce qui fut le plus frappant, ce fut la gentillesse, la fraternité, la complicité entre ces parfaits inconnus qui ont résisté cinq heures durant à un torrent de grenades lacrymogènes, soufflantes, de désencerclement dans une joie contagieuse rendant ainsi son honneur à une ville qui était en voie de momification.
On ne rapporte là que ce qu'on a vu.
Et on cède la parole à monsieur Roberto Piazza du Havre. Encore merci Bob.