samedi 17 mai 2014

Paris en ruine

Une émission sur le Paris en ruine après la Commune
Avec le passionnant Eric Fournier* et Daryl Lee

 La place du Château d'eau à l'heure du coup de feu


Et en rab, une version de "La Semaine sanglante" (JB Clément, P Dupont) par les Lorrains Les Amis d'ta Femme sur leur disque Noir et rouge aussi un peu... 




*Auteur de La Commune n'est pas morte (Libertalia)

4 commentaires:

  1. Ecoutée avec grand intérêt. Mais c'est éprouvant, tous ces flots d'ignominie déversés sur nos charniers, par les Maxime Ducamp, les Théophile Gautier et tous ces écrivains bourgeois versaillais... Heureusement que les intervenants remettent les vérités en place. Alors seulement 10 000 communards morts ? Mais comme ils disent, c'est déjà un record de population massacrée au XIXème siècle.

    RépondreSupprimer
  2. Le chiffre approximatif de 30 000 morts a été d'abord sorti par l'excellent Lissagaray et admis depuis sans plus de discussions.
    L'Anglais Robert Tombs a effectué ses recherches sur les registres des cimetières, instituts médico-légaux, fosses communes, etc. en se basant sur le fait qu'on ne pouvait faire disparaître plus de vingt mille cadavres. Surtout à l'époque...
    Le chiffre de 30 000 est d'ailleurs un symbole qu'on retrouve, sans être clairement vérifié, dans de nombreux massacres comme au Salvador en 1932 ou même dans les "Cent ans de solitude " de Garcia Marquez. Etrange, le pouvoir de ce nombre...
    Jules

    RépondreSupprimer
  3. Salut Jules, merci de ces précisions.

    Ce qui m'a toujours surpris ce sont les paroles de "La Commune n'est pas morte", "Les versaillais on massacré pour le moins 100 000 hommes". Pottier exagérait pas mal j'ai l'impression...

    RépondreSupprimer
  4. Un abus de lyrisme.
    Et puis, le Pottier en cavale n'avait pas de calculettes.
    J

    RépondreSupprimer