vendredi 30 septembre 2016

Brel et quelques suiveurs

Dans des chapitres précédents, nous avons vu à quel point Amsterdam de Brel a fait une belle carrière chez rockers et folkeux anglo-saxons (Bowie, Bailey, Van Ronk, etc.).
Un autre titre du grand Jacques connut et connaît encore un beau destin du côté des screamers et des crooners : Au suivant, écrit en 1964.
Est-ce dû au côté théâtralisé à outrance des paroles de la chanson? À une identification aisée à faire avec ce jeune homme de 20 ans, largué dans une situation incontrôlable ? Broyé qu'il se trouve entre l'institution militaire, misère sexuelle, sa solitude dans la foule et perte de pucelage, tous thèmes assez récurrents dans le rock ? À cette musique de faux tango saccadé assez facilement transposable ? Ou à un peu tout ça en même temps... ?
Pour se faire plaisir, un rappel de l'original. C'est toujours une joie de revoir Brel en scène (ici sous-titré en italien).



Nick Cave, talentueux mégalomane (c'est pas très aimable mais qui a vu le film qui lui est consacré comprendra ce qualificatif), en fit une version tout à fait énervée sur scène. Tiens, il est moustachu ?


Où on constate que notre Australien a repompé les arrangements sur les petits gars de Glasgow du Sensational Alex Harvey Band. Mais il s'en cache tellement peu qu'on suppose que Sa Majesté Nick fait là un hommage non dissimulé.
Comparez, c'était en 1973 sur leur deuxième album justement titré "Next". 
Une superbe version du même morceau par des mêmes en live et en studio était déjà disponible à cette page.
On signale aux amateurs de l'écrivain Christopher Brookmyre (il en existe parmi cet honorable lectorat) qu'en s'y rendant,ils pourront aussi apercevoir la tête de Zak, je veux dire Zal Cleminson, le guitariste dont le maquillage inspira les masques des "malfaiteurs" du Petit bréviaire du braqueur.


3 commentaires:

  1. Merci Jules - si ce n'étaient ces grésillements de la vidéo. L'ami Nick, effectivement passablement mégalo et égocentrique, s'est laissé pousser la moustache du temps de son groupe de rock dur Grinderman, histoire de masquer la calvitie naissante...

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Que voulez-vous, cher Jules, les abus se paient...

      Supprimer