mardi 9 janvier 2018

Herbe Tendre de Janvier, chantons sous la pluie


Inutile de préciser que nous n'avions absolument pas prévu les tourmentes, tornades et inondations de ces derniers jours. Disons que, puisque c'est tombé à verse, on s'est réfugiés qui près d'une radio, qui près d'un ordi, afin de voyager de rayons de soleils en nuages noirs, de gros flocons en canicules.
Il est donc tombé ce soir :
Brigitte Fontaine                 Il pleut
Bobby Lapointe                   L'été où est-il ?
Claude Nougaro                  La neige
Brassens                              Le vent
Catherine Sauvage              Le noël des ramasseurs de neiges
Allain Leprest                      Il pleut sur la mer
Henri Godon                        Tempête de neige
Les Frères Jacques              Il fait beau
Compagnons de la chanson Ce sacré vieux soleil
Lys Gauty                             Un soir d'hiver...tard
Jean Sablon/ Django            Rendez-vous sous la pluie
Jacques Brel                         Les carreaux
Shane Mc Gowan                 Sous le soleil exactement
Higelin (Jacques)                  L'hiver au lit à Liverpool
Oxmo Puccino                      Soleil du nord
Noir Désir                            La chaleur
Jacques Yvart                       Chanson de la tempête
Charles Trenet                     Chanson d'automne
France Gall                          L'orage
Gillot-Pétré                           Fréquence météo
Ricet Barrier                        Isabelle, voilà le printemps

 Comme d'hab, retrouvez cette émission à l'adresse habituelle.

Remarquons, au passage, que la pluie n'est pas toujours bienvenue en Kabylie, surtout si elle est métaphore de guerre civile. Idir, Pourquoi cette pluie ?

  

Et encore, un croquignol né en 1968, qui utile toujours son orgue Bontempi des 70's. Nous avons nommé Monsieur Orange dans Il pleut des bombes :

8 commentaires:

  1. Quelle synchronicité [qui se produit en même temps] ! Je suis allé voir la comédie musicale samedi (une réduc' de CE, on tâche d'en profiter quand on peut et que ça vaut le coup...), et je m'étais refait le chef d'oeuvre de Stanley Donen et Gene Kelly (en fait un film collectif, le modèle dans le genre) peu avant. Je préfère le film I do.

    RépondreSupprimer
  2. Toute la magie des Noëls d'antan à la télévision.
    Jules

    RépondreSupprimer
  3. A resurgi inopinément à ma mémoire ce titre, plutôt glauque bien que programmatique, issu d'un album qu'on m'avait offert dans ma vingtaine. Juste pour nous remonter le moral.

    RépondreSupprimer
  4. Il a plutôt resurgi dans ma mémoire.

    RépondreSupprimer
  5. En hommage à d'Ormesson, il y aurait eu celle-ci, peut-être hors sujet... Quoiqu'un air qui flotte, ça pourrait relever du weather.

    Par ailleurs, je voudrais pas être lourd, mais le titre du boudiste (qui boude) Jacques (j'ai entendu dire en passant que sa santé n'est pas au top, vous voyez ce que je veux dire... là pour le coup ça me fera pas rigoler...), non plus que celui du rappeur qui l'a suivi, ne sont référencés sur le blog et le programme radio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est donc rectifié, merci de votre œil d'aigle et honte à cette habitude de multiplier les coquilles. Vu comment on traîte les correcteurs, ça va pas aller en s'arrangeant.
      Le Ferrat pour la marquis d'O, on y a bien pensé mais on s'est retenu de cracher sur cette tombe là, pour une fois.
      On ne connaissait pas Diabologum, merci. Sont de la même bande que Michel Cloud ?
      J.

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'en sais pas beaucoup plus sur Diabologum, et je ne sais rien de Michel Cloud. Mais le patronyme de ce dernier me donne envie de filer le thème encore une fois, avec une composition de l'accompagnateur de Jean Sablon dans l'émission ci-dessus référencée : Nuages ! Pour swinguer tout doux, tout doux... en attendant le printemps.

    RépondreSupprimer