mardi 27 août 2013

GERMAINE MONTERO, la grande interprète (2)


Notre chère Germaine Heygel (Voir là article du 28 novembre) reprend ici une chouette chanson de ce géant que fut Pierre-Jean de Béranger (1780- 1857) sur lequel nous reviendrons plus en détail prochainement.
Ce Béranger là, bouffeur à bien des rateliers et loué par Goethe, Eugène Sue, Chateaubriand, entre autres,  semble avoir composé cette ode vers 1828.


Et ça reste tout à fait pertinent (même si personnellement aucun de mes potes n'a si mal tourné).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire