jeudi 13 décembre 2018

Revue de presse et karaoké


Les deux samedis précédents, il avait déambulé avec un équipement de protection complet : masque, casque, veste de protection coquée. Samedi 8, cet équipement lui a été confisqué par des policiers, dès 9 h 15, dans une des rues donnant sur l’Arc de triomphe. « Je ne suis pas d’accord, mais je peux éventuellement comprendre qu’on m’enlève mon masque et mes lunettes, témoigne-t-il. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’on a aussi pris, volé, devrais-je dire, 120 fioles de sérum physiologique, que j’avais apportées pour aider et soulager les gens qui seraient forcément pris dans les gaz lacrymogènes. »

« Mon ami a demandé pourquoi on nous enlevait nos masques si les policiers y avaient toujours droit. Réponse de l’un d’eux, très menaçant, à deux centimètres de son visage : “C’est pour mieux te casser la gueule.” » Lassé d’avoir assisté à des violences de la part des policiers, dont des tirs de flashball au visage, à plusieurs reprises, Jean-Philippe s’interroge à haute voix sur la « dictature » que serait en train de devenir la France. « En fait, on te dit de fermer ta gueule, c’est tout », s’indigne-t-il. Il promet néanmoins de revenir manifester le 15 décembre à Paris. Avec de moins en moins l’intention de « rester pacifique, puisque ça ne sert à rien ».

Mediapart 10/12/2018

Tiens, voilà-t-il pas que les camarades de LKDS se mettent au karaoké :



Ce matin, la presse parle de douze blessés à Toulouse. Ce n’est même pas le nombre de personnes que j’ai pu prendre en charge dans l’après-midi. Certains parmi nous ont raconté avoir chargé les personnes quatre par quatre dans les véhicules de secours qui parvenaient jusqu’à nous. J’ai même du mettre un blessé à bord de la voiture d’un riverain qui passait par là, à quelques mètres de la charge de police, et qui a rapidement accepté de le conduire à l’hôpital.
Ce matin, la préfecture comptait 5.500 manifestants dans Toulouse : il faut vraiment être resté chez soi toute la journée pour y croire. A 14h, le boulevard Lacrosses dégueulait une foule compacte, un cortège tellement long qu’il permettait aux premiers de ne pas entendre les grenades qui visaient les derniers. (...) 

Je n’ai pas envie ici d’exprimer mon point de vue sur la violence en manifestation ; la vérité, en tout cas, est qu’il ne s’agissait pas d’une « centaine de casseurs » comme l’évoquent les journaux, mais de milliers de personnes qui se succédaient, se soutenaient, se soignaient, s’encourageaient. Impossible pour les gendarmes de faire quoi que ce soit, hormis contenir bien imparfaitement l’émeute et répliquer à coups de flash-balls et de grenades. Médiatiquement, les violences qui ont eu lieu sont peut-être un mauvais coup mais elles ont été un vrai coup de génie tactique. La queue de cortège a concentré l’essentiel de l’attention sur elle, servant de point de fixation pour les forces de l’ordre qui étaient déjà trop peu nombreuses pour l’enrayer. Pendant ce temps, la tête de cortège continuait sa route et s’emparait de la ville.
La presse raconte que les « casseurs » étaient des banlieusards profitant de l’occasion pour « tout casser » -comme si la violence révolutionnaire était un simple loisir. De mon côté, j’ai passé la journée à soigner des gens très divers : lycéens voulant riposter à la violence subie toute la semaine, étudiants, travailleurs de tous secteurs et tous âges (vers 18h30, j’ai même administré du sérum phy à un retraité qui avait été gazé), filles et garçons, « anars » comme gilets jaunes et écolos, tous unis et constamment solidaires sans regarder leur origine.
Témoignage d’un street medic Toulouse 09/12/2018

lundi 10 décembre 2018

Beau comme du Kurosawa (Acte 4)

Pont des Amidonniers, samedi 8 décembre
ON A REÇU
Ça partait pourtant très très mal.
Pendant que dès l'ouverture, le Décathlon connaissait son Black friday (rayon casques de vélos et skate et lunettes de ski et plongée) les gardes mobiles (GM) occupaient le haut de la rue Rémusat depuis 9h.
À 10h, plusieurs équipes de la BAC patrouillaient à Jeanne d'Arc (épicentre de l'émeute du 1 décembre) fouillaient déjà les sacs et palpaient les "suspects". Rappelons que l'appel à J. d'Arc était pour 13h.
À 13h : déception. La manif maigrelette est entièrement maquée par la gôche traditionnelle et syndicale qui ne voit aucun inconvénient à être cernée de flics et dont la protestation consiste à se mettre à genoux mains sur la tête à l'image des mômes de Mantes-la-Jolie. Abject. S'ils jouent à terroriser des gamins, il est de la responsabilité des "adultes" de ne pas, de ne plus, prendre une pose de victimes. Z'êtes définitivement largués, bureaucrates.

Bref, cette manif se dirige vers Arnaud Bernard où est censée se trouver la manif "climat" mais où on a la bonne surprise de retrouver deux mille Gilets Jaunes plus "plébéiens", prols et plus équipés (et qui viennent parfois de loin (fin fond du Quercy, toute le Hte Garonne, etc.) Coté symbolique des cordons de GM tentent d'empêcher la jonction des deux groupes et se font dégager "en douceur".

Moment statique et hésitant. 

Et les "climatiques " et autres militants partent vers Compans / St Cyprien entraînant une partie de la manif alors qu'une autre ne voit pas pourquoi on irait se perdre là-bas et pas vers le centre-ville (sa magie de Noël). Les GM commencent à pousser au bouclier le millier du rond-point d'AB alors que la tête de la manif "officielle" atteignant la station de métro Compans-Cafarelli se fait... copieusement grenader par les flics massé dans toutes les rues à droite (vers le centre, donc). 
Comme dès qu'il s'agit de rosser les cognes tout le monde se réconcilie, la manif aura donc désormais deux rythmes : une avant-garde autiste qui marche vers le pont des Catalans et St Cyp et une arrière-garde qui combat les schmidts avec les moyens du bord sur un des seuls boulevards où il n'y a pas un putain de chantier ! Grenades, reculs, contre-attaques, grenades etc. et les premiers blessés. Ainsi jusqu'à la place Héraklés.
C'est sur le pont des Amidonniers que les contre-attaques reprennent de la vigueur et vont enfin durer. Enfin de quoi bloquer les rues et quelques incendies sous les tirs des GM postés au canal de Brienne. La manif est alors complètement mixte écolos / GJ / lycéens¹ / étudiants / ruraux / urbains...

Parenthèse esthétique : quiconque a aimé Ran ou Kagemusha n'a pu qu'être frappé par cette foule plus ou moins jaune affrontant les hommes en noir sous les nuages et sur ce pont : on l'aurait cru filmé par Akira Kurosawa mais en plus beau : c'était enfin vrai.

Infos arrivant sur les (quelques) portables présents : pendant que ça fritte aux Amidonniers, il y aurait des affrontements entre François Verdier / Wilson et autour de Jeanne d'Arc.

À partir de là (il est 16h30 environ) vont exister plusieurs fronts.

Un bon millier de GJ / lycéens / divers vont occuper la place du Capitole. Face à face tendu avec des GM venus du côté Donjon qui, ayant ordre de ne pas grenader sur le marché de Noël et les terrasses de luxe vont mener quelques charges mollassonnes face à des gens qui ne reculent plus. Hélico au-dessus de la foule. Résultat, malgré leur équipement, ils finissent par reculer jusqu'au métro Capitole, laissant la place aux mains des insurgés dans une ambiance tout à fait joyeuse.

Au même moment, la grosse manif a passé le pont des Catalans et grâce à la rénovation urbaine il y a enfin de quoi se mettre sous la dent. L’îlot en chantier face aux Abattoirs est désossé et finit en barricades et projectiles. Incendies.

Parenthèse en hommage : les équipes de Street medics (secouristes) ont fait un boulot formidable. Précisons pour avoir échangé avec eux que ce sont tous des travailleurs de la santé (internes, pompiers, infirmiers) , qu'ils refusent de soigner les keufs qui sont assez bien pris en charge comme ça ("je veux bien lui pisser dessus pour désinfecter" dixit un medic) et qu'ils avaient ouvert une infirmerie dans un appartement pour que les blessés ne se fassent pas ramasser. À 17h, ils en comptaient plus de 40 (tête, mains, jambes). Chapeau à eux et elles !

La nuit est tombée. Rive gauche, l'émeute, rejointe par les lascars des cités, va osciller entre St Cyp / Patte d'Oie / Arènes pour revenir rue de la République après 20h.

Rive droite, des groupes épars bordélisent mais moins que le 1 décembre, les magasins sont fermés, plus rien à foutre des courses de fin d'année.

Chose vue vers 19h : une vingtaine de GJ, tendance darons / daronnes bloquent tranquilou une voie des allées Jean Jaurès. Six bagnoles de flics déboulent, gazent, la BAC tabasse copieusement et les duls repartent en laissant tout le monde à terre. Peut-être en embarquant un mec, tout le monde, n'a pas vu la même chose selon où il était. Ce passage à tabac n'était que frustration, rage et sauvagerie impuissante. Combien d'autres saloperies ailleurs ?
Alors question de base : si, ce 8 décembre, où brûlaient Bordeaux, Toulouse, Marseille, St Étienne, Le Puy, etc toutes les forces de l'ordre étaient mobilisées, il reste quoi ? Les paras ? La Légion ? Pourquoi ne pas faire appel à Blackwater ?


Saluts d'une ville qui redevient vivable.

ps : Dans la nuit de vendredi, grosse émeute à Athènes. Les révoltés se mettent au gilet jaune (ce qui est stupide, de nuit d'ailleurs, ça fait une belle cible). En Serbie et en Irak, les manifestants contre la vie chère enfilent des gilets. Comme disait ce réac d'Audiard (père) "Depuis qu'en France, on a appris la liberté aux autres en trucidant la moitié de l'Europe, on peut plus s'en empêcher". On plaisante, bien entendu.
ps politique : Bien entendu qu'il y a là-dedans des fafs. L'ironie serait qu'après avoir été les "crétins utiles du Capital", ils deviennent les idiots utiles à la Sociale. Mais nous en sommes loin. Quoique tout va si vite de nos jours. À commencer par la joie qu'ont de parfaits inconnus à se parler ou s'entre-aider. 


¹ Lycéens qui sont partis en manif sauvage à Toulouse lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi...


vendredi 7 décembre 2018

Taxes et contrebande : Louis Mandrin


La révolte contre les taxes abusives a toujours été une constante française (et anglaise, hollandaise, américaine, etc.)
Rappelons, en préambule, que sous l'ancien régime, chaque région possédait non seulement ses unités de mesure mais aussi sa fiscalité. Avec, comme conséquence pratique, que la circulation des marchandises hors des barrières d'octroi relevait de la pure et simple contrebande. 
Le plus célèbre des contrebandiers d'alors, Louis "Belle humeur" Mandrin (1725-1755) est entré dans l'histoire comme un rebelle ayant organisé une guérilla ayant su tisser un fabuleux réseau de protection au sein du peuple. 
Originaire du Dauphiné, Mandrin, qui avait vu pendre un de ses frères comme faux-monnayeur est d'abord condamné à mort en 1753 pour une bagarre.
Il déclare alors la guerre aux collecteurs d'impôts, les fermiers généraux, qui taxent le sel (gabelle), le tissus ou le tabac, entre autres. 
Il devient très vite chef d'une bande de centaines de passeurs savoyards (la Savoie est alors rattachée au royaume de Sardaigne), formés militairement. 
Combattant l'administration, il recrute en libérant des prisonniers poursuivis par la ferme générale (en évitant d'enrôler des assassins) et se garde d'attaquer le peuple. 
Il étend son réseau sur les régions de l'Auvergne, la Bourgogne, Rhône-Alpes et organise même des ventes de produits détaxés en occupant les villes de Beaune, Autun, le Puy-en-Velay (sa préfecture inflammable), Rodez, sous les acclamations de la populace, forçant parfois les collecteurs à racheter sa marchandise à ses conditions.
Sa légende populaire commence de son vivant, non seulement auprès des masses mais chez certains philosophes comme Voltaire. 

À la demande des fermiers généraux, Louis XV envoie l'armée et, après plusieurs campagnes infructueuses, des soldats déguisés en paysans envahissent la Savoie, où est réfugiée sa bande, violant la souveraineté de ce duché.

Comme tout héros plébéien, Mandrin sera trahi par les siens et jugé en urgence à Valence pour éviter son extradition en Savoie. 
Son exécution, le 24 mai 1755, passera elle aussi à la légende : roué de coups six heures durant, Mandrin exhortera les quelques 6000 spectateurs à poursuivre la guerre contre le fisc.  

 



Un "Testament politique" sera imprimé la même année à Genève. 
Extrait : "J'ai cherché la cause de cette grande affluence de Peuple qui venait chaque jour s'enrôler sous mes drapeaux; en remontant à sa source, j'ai découvert qu'elle prenait elle-même son origine dans le système des Fermes. J'ai trouvé que c'est à celui-ci, qui a renversé en France le premier ordre du Gouvernement économique, politique, civil qu'il fallait l'attribuer. Depuis soixante ans une espèce de maladie a attaqué le Ministère Français. La fureur des Baux (taxes) a prévalu sur tous les autres systèmes de l'administration. Tout est Ferme aujourd'hui en France, tout est Contrat, bientôt, il ne sera permis au Peuple de respirer que par entreprise."

Une complainte naît dès la mort du bandit héroïque. Diffusée par les colporteurs, elle se chante sur un air tiré de l'opéra Hyppolite et Aricie de Jean-Philippe Rameau (1733).  
Prenant quelques libertés avec l'histoire, cette chanson connaîtra des regains de popularité durant la Commune de Paris et au sein des maquis de l'occupation. 
Elle a connue de nombreux enregistrements. 
Si le plus connu est d'Yves Montand, on lui préfère la version de Monique Morelli, chantée en générique de la série Mandrin, bandit d'honneur d'Albert Vidalie et Philippe Fourastié (ORTF, 1971)

mardi 4 décembre 2018

Les Vanneaux descendent aux enfers

Rien de mieux que Bosch pour avoir une petite idée de la chose
Dans un grand mouvement de solidarité, les Vanneaux ont décidé d'accompagner notre président, notre gouvernement, nos députés faire un petit tour aux enfers.
Hélas ! Lucifer étant plus balèze que nous, divers bugs durant l'enregistrement nous privent de nos judicieuses et joyeuses introductions, du moins pour deux morceaux. Bon, on a recollé les chansons tronquées.
Bonne écoute...

Little Bob Story                        Riot in Toulouse
Thiéfaine                                  1ère descente aux enfers par la face nord
Higelin                                      Ici c'est l'enfer
Zone infinie                              L'éternel retour
The Ruts                                   Babylon's burning
Max Romeo                              Chase the devil
Big Bill Bronzy                         Hell ain't but a mile and a quarter
Roberto Goyeneche                  Yira, yira
I Am                                          L'enfer
Hannes Wader                          Die Moorsoldaten
Theodorakis                              To stageio
Uncle Topedo                            Satan kingdom must come down
The Jam                                     Private hell
Niska                                         Story X
Austin Pitre                               Les flammes d'enfer
La Cliqua                                  Dernier jour sur terre
Willie Dunn                               I pity the country
Sandie Shaw                             Sympathy for the devil

On peut retrouver toute ce fatras en cliquant là

On se quitte avec le Père Joe au meilleur de sa forme nous amène tout droit en enfer (du Vietnam en l'occurrence).

 

Et une surprenante reprise de l'australien (et ex Saints) Ed Kueper



dimanche 2 décembre 2018

Macron fait pleurer les foules (actualités)

17h30 place Jeanne d'Arc
Ce samedi 1 décembre à 13 heures, il fallait être sourd, aveugle ou trotskiste pour ne pas comprendre que les affrontements allaient être inévitables.
Faut dire que la manifestation des gilets jaunes avait commencé sous de bons augures : une première prise de parole crachant sur les immigrés et l'intervenante est virée aussi sec sous les quolibets (ça ? L'extrême droite ?) des flics municipaux faisant ce qu'ils savent faire de mieux, c'est à dire emmerder un sdf, aussitôt ramenés à la raison (l'extrême droite, encore ?)
Et puis vers 14h, alors qu'une partie de la manif prétend se joindre au happening syndical qui tente de raccrocher les wagons, l'autre partie emprunte la rue Bayard dans l'intention d'aller bloquer la gare Matabiau.
C'est là que les flics ont tiré une quarantaine de grenades. Et c'est là qu'au lieu de reculer, la foule entame ce qu'on est bien forcé d'appeler une émeute.
Ce qui fut le plus remarquable, ce ne fut pas la froide détermination des protagonistes, l'absence de peur, le mépris le plus total pour les pratiques balisées des casseurs ordinaires (pas de vitrines cassées ou de magasins pillées, ça se passe juste entre eux et nous), le paradoxe de barricadiers chantant la Marseillaise pour entonner ensuite l'Internationale, non, ce qui fut le plus frappant, ce fut la gentillesse, la fraternité, la complicité entre ces parfaits inconnus qui ont résisté cinq heures durant à un torrent de grenades lacrymogènes, soufflantes, de désencerclement dans une joie contagieuse rendant ainsi son honneur à une ville qui était en voie de momification.
On ne rapporte là que ce qu'on a vu.
Et on cède la parole à monsieur Roberto Piazza du Havre. Encore merci Bob.

jeudi 29 novembre 2018

Reggiani en beau cadavre


Camarades catastrophistes, puisqu'on en est à se demander, s'il convient vraiment de se mettre à planter des palmiers dattiers du côté de Hambourg, qu'on suppose que la Creuse ressemblera au désert de Gobi d'ici une génération ou plutôt deux, si on devra bientôt aller visiter notre vieille tata de St Flour en trottinette même pas électrique, si Golfech pétera avant Fessenheim ou l'inverse, ou bien qui des Indiens ou des Pakistanais appuieront les premiers sur le bouton fatidique, à moins que du côté du Détroit de Kertch ou de Pyonyang...
Voici quelques angoisses d'il y a cinquante ans, époque où on se marrait avec l'épée de Damoclés du moment. 
Amis archéologues, soyez sans rancune : c'étaient des temps obscurs pour votre belle science.
Serge Reggiani dans L'homme fossile (1968).  

dimanche 25 novembre 2018

Le camarade Eddy conspue le capitalisme aliénant


Péremptoire, un fanzine de ma jeunesse proclamait, en son éditorial, Nous ne serons pas les Eddy Mitchell de notre génération !
Même s'il est vrai qu'on préférera toujours plutôt être Louise, Monsieur Eddy a finalement fait une carrière discographique et cinématographique plutôt moins pire que bien d'autres.
Au moins et contrairement à beaucoup de ses semblables, notre Schmoll de Ménilmontant sut pratiquer une chanson gentiment contestataire bien AVANT mai 68, se dotant ainsi d'une image de crooner et rocker sceptique pessimiste capable de rallier des blousons noirs de la Porte de Montreuil comme des cadres en plein malaise, comme on disait à l'époque.

Prenez sa chanson "sociale" par excellence, Société anonyme de 1966 (avec ici une apparition de Lulu)  :



Monsieur John Warsen, du blog Je suis une tombe, nous fait remarquer que le gars avait auparavant commis une adaptation du No particular place to go d'un Chuck Berry qui, s'il n'avait cure du prix de l'essence, galérait avec sa ceinture de sécurité.


Cette reprise l'ayant rendu lyrique (John, pas Eddy), on se fait une joie de citer la fin de son article :
L'adaptation d'Eddy Mitchell, quant à elle, escamote subtilement la question raciale, pour se concentrer sur une critique radicale du capitalisme financier. Eddy venait de lire La société du spectacle de Guy Debord et voulait se payer le rêve américain, en épinglant ses pires travers. A l'époque où sort le quarante-cinq trous A crédit et en stéréo on pensait que le consumérisme ne s'en relèverait pas, mais finalement sa capacité à récupérer sa critique fonde son aptitude à la survie, et je crois bien que tant que l'homme blanc n'aura pas pollué la dernière rivière et abattu le dernier arbre, il n'acceptera pas l'idée que l'argent ne se mange pas, il est un peu idiot, à crédit et en stéréo.

Chuck meets Guy-Ernest ? Sérieux ? Dont acte :