samedi 2 septembre 2017

Des chansons d'Albertine Sarrazin

Une belle personne

Fille de l'Assistance publique, agressée à dix ans par un oncle, Albertine Damien est envoyée en maison de correction dès sa quinzième année par son militaire de père adoptif.
À sa sortie, en 1953, elle entame sa carrière de délinquante entre vols, prostitution et un braquage qui lui vaudra une condamnation à sept ans ferme, occase pour sa merveilleuse famille de révoquer son adoption.
Elle s'évade en 1957 en se brisant l'Astragale (os articulant le pied et le tibia) suite à un saut du haut d'un mur de dix mètres.
Blessée, elle est recueillie par un petit voyou, Julien Sarrazin, avec qui elle vivra un grand amour.
Arrêtés tous deux en septembre 1958, ils vont désormais vivre une vie faite d'aller-retours à l'hôtel des gros verrous. C'est donc en taule qu'elle écrit son premier roman L'Astragale publié chez Pauvert en 1965 qui connaîtra un immense succès et une adaptation cinématographique.
Albertine Sarrazin (elle s'est mariée en prison à Julien en 1959) publiera une douzaine d'ouvrages avant de mourir des œuvres de toubibs incompétents à pas tout à fait trente ans, en 1967.
Ce site lui rend hommage.
Albertine Sarrazin a également enregistré des disques de lectures ou d'entretien.
En 1969, Myriam Anissimov, comédienne et chanteuse franco-suisse, grave quelques-uns de ses poèmes écrits en prison. Deux galettes : un 45 tour (Polydor 66679) et un 33 tour (Polydor 658120) pour lequel elle recevra le grand prix de l'Académie Charles Cros.
Anissimov chantera ensuite du Patrick Modiano mais elle abandonnera son métier de chanteuse pour se consacrer à l'écriture.
Issu du 45 tour : Bien après minuit ( écrit à Fresnes en 1954-1955)

 

Et Dormir, tiré de l'album: 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire