dimanche 16 octobre 2016

Copinage et vieilleries

Après la réédition, d'un étonnant bon goût de la part des éditions La Fabrique, du texte de Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, voilà-t-il pas que les éditions l'Insomniaque nous gâtent à leur tour.
Partageant quelques préoccupations avec l'Herbe Tendre, ils ressortent ce texte méconnu d'Émile Chautard.
Tout le détail est ci-dessous, cliquez pour agrandir l'image si c'est peu lisible.
Et puis, à votre bon cœur, camaros, faîtes péter l'artiche !
Sinon, volez-le !

 
Et puisque y'aura 16 titres revisités de luxe par des voyous plus modernes, un petit classique de Bruant à charge des amis de la maison :


Et une version plus conventionnelle par une chanteuse qui excellait surtout dans les reprises

8 commentaires:

  1. Ah c'est sympa ! Ayant l'édition originale (Marcel Seheur éditeur, 1929), j'ose espérer qu'ils n'ont pas conservé les courtes lignes de svastikas servant à délimiter certains paragraphes !

    RépondreSupprimer
  2. A noter au passage, que le livre -surtout axé autour des chansons de chtar, de gnouf, de prison (il se conclu d'ailleurs par un chapitre sur Biribi)- contient (dans cette édition tirée à 2000 exemplaires en juillet 1929) de nombreuses illustrations (dont certaines de Serge -alias Maurice Féaudierre) mais aussi plans (de zonzon), photographies, pages dépliantes... et une belle couverture rouge signée Maurice Berdon que ne semble pas avoir repris les camarades de L'Insomniaque. Et là je dis c'est dommage.

    RépondreSupprimer
  3. Mais, dans cette édition de 1929, point de CD il est vrai (pour le coup, ça aurait été vachement précurseur).

    RépondreSupprimer
  4. Des svastikas en 1929 pour des chanbsons de voyous ??? Z'avaient abusé du bambou chez Seheur.
    J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui-da. Si t'y m'croive pas, l'édition originale se trouve encore assez facilement à partir d'une quarantaine d'euros... Par contre, je suis curieux de savoir comment L'Insomniaque a fait rentrer 279 pages (dont une demi-dizaine dépliantes) dans 184 pages. Bon, le format de la réédition s'annonce plus grand, certes...
      Bref, foin de chipotages, v'là une très bonne initiative !

      Supprimer
  5. J'imagine qu'entre une préface, quelques notes, de nouvelles illustrations et un glossaire, ils ont du arriver à transformer les 184 en 279.
    D'autant qu'ils font dans beau livre ces derniers temps.

    RépondreSupprimer
  6. Non, c'est l'inverse : c'est le bouquin de 1929 qui fait 279 pages...

    RépondreSupprimer
  7. Ah merde. J'avais mal lu. Curieux, en effet.
    J

    RépondreSupprimer