mardi 14 juin 2016

Kurt Weill par Marianne Faithfull

Un peu d'élégance dans ce monde de brutes.
En 1933, Kurt Weill, tout juste exilé en compagnie intermittente de son épouse, la chanteuse Lotte Lenya, réside à Paris.
Son séjour n'est pas de tout repos. Les représentations des ses œuvres, (Mahagonny-Songspiel juin 1933) sont diversement accueillies. Le concert du 26 novembre 1933, à la salle Pleyel, est perturbé par Florent Schmitt qui après la chanson La Ballade de César (du Lac d'argent), s'écrie «Heil Hitler ! », sous les applaudissements d'une partie du public. Une partie de la presse prend le parti du compositeur et futur collabo : dans l'Action Française, Rebatet (pas encore le "Retenez-moi de Neuilly") vitupère contre ce « virus judéo-allemand ».
Mais durant sa période parisienne (1933-1936) Weill compose la musique d'un ballet chanté, Les Sept Péchés Capitaux, représenté en juin 1933 ; la musique de Marie Galante,  seulement jouée trois semaines, en décembre 1934 ; celle de Der Kuhhandel, représentée à Londres en juin 1935 sous le titre My Kingdom for a Cow.  il achève aussi une Deuxième symphonie et participe aussi une adaptation radiophonique de Fantômas avec Robert Desnos et Paul Deharme.
Puis, il déménage aux États-Unis.
Souvenir de son séjour parisien, "la Complainte de la Seine", paroles de Maurice Magre, enregistrée en octobre 1934 par Lys Gauty, puis Lotte Lenya.
Les enregistrements d'époque étant parfois assez déplorables, en voici une reprise par Marianne Faithfull.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire