vendredi 9 octobre 2015

Sympathie pour Satan et Amour

Allez, c'est parti dans le genre reprise piteuse mais alors tellement piteuse, qu'elle en devient, comment dire... intéressante.
L'original est du Sud-Africain exilé aux USA Manfred Mann, la meilleure version, celle de Love, le groupe pour lequel le mot "maudit" semble avoir été exprès créé.
Résumons l'affaire : Love est monté en 1965 par Arthur Lee, métis texan qui va en faire en un an LE groupe de la scène de Los Angeles par son mélange de blues, folk, psychédélisme, mariachis, baroque, etc. Bref, on oscille entre génie, grotesque et grand n'importe quoi. 
Ajoutez-y un guitariste clone de Brian Jones, Bryan Mac Lean, pour jouer l'opposition entre l'ange blond contre le démon noir (Bryan finira évangéliste barré) et vous avez le genre de combo que les requins de l'industrie cherchaient pour s'ouvrir le marché djeunns de l'époque.
Le reste : un premier album unanimement salué, des embrouilles d'ego entre musiciens, la paranoïa d'Arthur, de la dope à gogo, blanche ou brown, la réclusion volontaire (dans un château ayant appartenu à Bela Lugosi tout de même), les  doutes d'Arthur, les refus de tourner, le génie mégalo d'Arthur qui a deux ans d'avance sur Syd Barret, un batteur overdosé, et une maison de disque, Elektra, qui va finir par mettre le paquet sur un groupe monté par un fan d'Arthur, Jim Morrison, vous avez bien reconnu the Doors.
Reste ce témoignage en play-back de 1966 dans lequel on constate que les petits gars auraient peut-être pu ne pas jouer à saboter leur carrière
 
Ils s'appelaient Love et n'étaient que haine, donc.
Là où ça devient drôle, c'est que la même année, fin 1965, en France, un protégé de Barclay, auteur pour le très oublié Ronnie Bird, décide d'adapter le même morceau.
Évidemment les paroles "tu es mon petit livre rouge" semblant assez couillonnes, notre homme va trouver encore pire en se perdant dans un délire pseudo métaphysique en honneur à Lucifer (deux ans avant les Stones !)
Cette chanson ne fera donc pas date. C'est même pour ça qu'on vous la présente.

2 commentaires:

  1. Et voilà, par votre faute, j'ai encore eu un orgasme...
    Satan m'habite...

    RépondreSupprimer
  2. En avant sur la voie tracée par Sainte Thérèse (d'Avila, pas l'autre)
    jules

    RépondreSupprimer