mercredi 14 mai 2014

émission de mai 2014 drogues et alcool deuxième



Les antifascistes espagnols en pleine croisade

On a plus causé de la boutanche que des paradis artificiels, ce qui donne ça :

La Chiffonie              Amis, buvons !
Marguerite Deval      Quand j'suis paf
Odette Barancey       La soûlarde
Pierron                      Ballade pour ne point trop boire
Lavilliers                    La dernière bouteille
Marcel's                     Opium
Bernard Dimey          Je vais m'envoler
Miossec                    Les bières aujourd'hui s'ouvrent manuellement
Jehan (chante Lantoine) Capitaine de Marie-Salope
Nitta-Jo                     Cocaïne
Les Fleurs du Pavot   A dégager !
Dominique A              Hasta que el cuerpo aguante
Oberkampf                Pas de poudre
Paulo de Domoy & Carole  L'ivrogne

Toujours disponible sur le site de la radio

15 commentaires:

  1. Ah là là je me sens mal, rhôôô…

    RépondreSupprimer
  2. Vous réviserez la liste des ministres de la culture sous la 5ème et par la même, celle des ministres de l'intérieur : ça pourra toujours vous être utile en cellule de dégrisement. Toc !
    E.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ben c'est pas pour en rabattre mais figurez-vous qu'il existait sous De Gaulle une ministérielle et secrète cellule de déguisement.
      Le jour du rapatriement au Panthéon de Jean Moulin, Malraux moulinait à tout-va son narghilé dans une fumerie clando et en catastrophe c'est Mitterrand qui a été choisi pour prendre son apparence et prononcer le fameux discours !
      Et toc !
      (ah non, merde, ça cadre pas bien avec la question, en fait…)

      Supprimer
    2. Un narghilé pour fumer de l'opium ? J'ai comme un doute...
      Remarquez, le florentin devait être sacrément fonsdé itou pour imiter cette voix sépulcralo-chevrotante. Lui qui nous a sussuré de la merde pendant quarante ans avec tant de distinction...
      E.

      Supprimer
  3. Enfin, vous en faîtes pas trop Georgius, nos distinguées oreilles ont parfois beaucoup de mal à réentendre nos augustes performances.
    E.

    RépondreSupprimer
  4. Pardonnez-moi, mais parmi toute cette sélection, certes intéressante, je n'ai pas retrouvé le sublimissime " À la santé de Maurice", tiré des non moins sublimissimes "Chants staliniens de France" ayant bercé tendrement notre enfance.
    Est-ce un oubli ?
    D'autant que cela aurait bien cadré, avec l'affiche.

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien celle où il est question
    "du bras ferme de Maurice
    qui a forgé, pour nous français,
    le fier parti de la justice..." ?
    Vous avez raison, c'est impardonnable.
    Mais on se rattrapera.
    Peut-être une émission sur nos chers leaders.
    Bien à vous
    J

    RépondreSupprimer
  6. " Buvons, camarades, buvons..."
    Ca commence comme ça.Mais buvons à quoi, je vous le demande ?
    " Buvons au peuple français !"
    Ah, ouf ! ça va mieux. On a failli croire que c'était des communistes.

    RépondreSupprimer
  7. Après la racaille militaire, va falloir programmer une émission sur "la racaille militante" !
    J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente idée ! D'autant que la matière ne manque pas…

      Ah là là, Chants staliniens de France ! encore un disque que je recherche depuis des années…
      Le seul exemplaire que j'aie jamais vu se trouvait dans la discothèque du très regretté Daniel Joubert, en Auvergne, et le seul morceau que j'ai pu récupérer est cette merveille, voici cinq ans.

      Supprimer
  8. Chants staliniens du Québec:
    http://jeunefou.blogspot.ca/2013/11/en-rappel-les-chansons-ml.html
    ;)

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ces merveilleuses horreurs, François !
    Qui aurait pu imaginer que ce genre de trucs existât ?!

    RépondreSupprimer
  10. Cela dit je prendrais bien votre "Chants staliniens de France" !

    RépondreSupprimer
  11. Hélas, comme je l'ai dit plus haut je ne l'ai pas !
    Cela dit, j'ai peut-être une piste pour le récupérer la semaine prochaine…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et voiloù !
      Suffisait de demander, en fait…
      C'est par ici.

      Supprimer